POLARS,THRILLERS ET LITTERATURE

17 octobre 2017

On la trouvait plutôt jolie - Michel BUSSI

20171016_181844_resized

 

Leyli, mère de trois enfants, Bamby, Alpha et Tidiane, vit à Port de Bouc dans les Bouches du Rhône après avoir fui le Mali, sa violence et  sa pauvreté. Après divers petits boulots, elle trouve enfin un cdi comme femme de ménage dans un Hôtel , ce qui va peut-être lui permettre de trouver un appartement plus grand. Fini le linge qui traîne partout, la cuisine constamment en désordre, et la chambre que les enfants doivent se partager. Une vie meilleure semble s'ouvrir devant elle. Elle a besoin de se confier, de raconter sa vie semée d'embûches à qui veut bien l'écouter. Sortie de l'enfer du Mali, mère de famille, un nouveau travail en poche, il se cache pourtant un terrible secret derrière les apparences.

Parallèlement, le corps sans vie d'un homme  qui semble s'être vidé de son sang, est retrouvé dans un hôtel. Cet homme c'est François Valioni, employé chez Vogelzug une association venant en aide aux migrants. Un duo de Flic est dépêché sur l'affaire, le commandant Petar Valika et le lieutenant Julo Florès. Ils découvrent sur les caméras de surveillance que cet homme est rentré dans l'hôtel accompagné d'une femme qui avait un foulard imprimé de chouettes. Seul et maigre indice, alors que des meurtres similaires continuent...

Mon avis :

Je n'ai pas encore lu tous les livres de Michel Bussi mais j'ai été fortement attirée par cette couverture, et par son titre, qui n'est pas sans rappeler le titre d'une chanson de Pierre Perret " Lily". Après lecture, cette chanson est vraiment le reflet de cette histoire et du parcours de son héroine, Leyli.

J'ai découvert un roman profondément humain qui parle de ce sujet repris dans tous les médias : les migrants qui quittent leurs pays pour une vie meilleure, bravant tous les dangers et à la merci de ces passeurs inhumains, toujours avides de plus en plus d'argent. Pourtant inutile de sortir les mouchoirs, ca n'est pas un reportage mais une aventure réaliste et malheureusement de société.

J'ai pris mon temps et appris pas mal de choses au fur et à mesure de ma lecture et surtout beaucoup apprécié la façon dont l'auteur distille ses indices, comme les pièces d'un puzzle que l'on hâte de reconstituer. Je n'aurai pas du tout imaginé une telle histoire, je n'ai rien vu venir, j'ai été littéralement bluffée et conquise. 

Les personnages, au travers de leur détresse, leur détermination pour avoir les réponses à leurs questions sont attachants et intéressants. "On l'a trouvé plutôt jolie" est un roman populaire, où se côtoient la violence et l'humanité.

Elle était plutôt jolie - Michel Bussi - Parution octobre 2017 - Presses de la cité

Quelques mots sur l'auteur :

Professeur de géographie à l'université de Rouen, Michel Bussi est devenu le 2e auteur français le plus lu en 2016 (Palmarès le Figaro) et le 1er auteur français de romans policiers en 2015 (Source GFK / tous formats). Il est l'auteur aux Presses de la Cité de Nymphéas noirs, polar français le plus primé en 2011 (Prix Polar Michel Lebrun, Grand Prix Gustave Flaubert, Prix Polar méditerranéen, Prix des lecteurs du festival Polar de Cognac, Prix Goutte de Sang d'encre de Vienne, 2011...), Un avion sans elle (Prix Maison de la Presse et Prix du Roman populaire, 2012), Ne lâche pas ma main (Prix du roman insulaire, 2013), N'oublier jamais (2014), Gravé dans le sable (2014), Maman a tort (2015), Le temps est assassin (2016)? " elle était plutôt jolie "(2017).
Ses ouvrages sont traduits en 34 langues et les droits de ses romans ont été vendus pour le cinéma et la télévision.

 

 

Posté par PAUSEPOLARS à 11:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 octobre 2017

Noir dehors - Valérie TONG CUONG

20171012_092706_resized

 

4ème de couverture :

Un après-midi d'août étouffant à New York. Soudain, c'est la panne générale. Tout s'arrête. La ville qui ne dort jamais devient la scène chaotique où les plus extrêmes solitudes vont s'entrechoquer. Il y a d'abord Naomi, la si jolie "pute à crack" enfermée dans un bar clandestin de Brooklyn, sur laquelle veille jalousement l'énigmatique Bijou. Il y a Simon Schwartz, l'avocat médiatique, au 36e étage d'une tour déserte du Financial District. Il y a Canal, ainsi baptisé depuis qu'on l'a trouvé, nourrisson, abandonné sur le trottoir de Canal Street à Chinatown. En glissements progressifs vers la folie ou l'expiation, en monologues nerveux, ces personnages vont s'ouvrir à la liberté et se réveiller différents. 

Mon avis : 

 On rentre  très rapidement dans l'histoire de ces quatre personnages principaux qui se retrouvent dans le noir et la chaleur, une atmosphère angoissante et de plus en plus insupportable.Ils avaient très peu de chance de se rencontrer un jour. Cette église qui accueille ceux qui ont été surpris par cette panne de courant va être le temoin de nombreuses confidences. Nous découvrirons le parcours de vie de chacun, avec les remords, les regrets et les aspirations, comme si cet évènement, dans cette ville de New-York où personne ne dort jamais, les avait incité à repasser en boucles leurs souvenirs et les étapes importantes de leurs existences.

Naomie, Bijou, Simon et Canal prennent le temps de s'écouter, leurs destins semblent désormais mélés et ils apprennent à s'entraider. Des mots, des gestes le plus souvent oubliés mais tellement nécessaires pour que l'espoir soit au bout du chemin.

Valérie Tong Cuong réussit là un roman très inhabituel de ses autres écrits. Ce roman noir est une grande aventure humaine, qui ne laisse pas insensible et dans lequel j'ai retrouvé l'écriture de l'auteure que j'apprécie toujours autant.

Noir dehors - Valérie Tong Cuong - parution octobre 2017 - Editions j'ai lu

Quelques mots sur l'auteur :

 Valérie Tong Cuong est née en 1964. Elle a étudié la littérature et les sciences politiques, puis passé huit ans en entreprise avant de se consacrer à l'écriture et à la musique. Ses livres sont traduits dans dix-huit langues :

 Par amour (JC Lattès, 2017),Pardonnable, Impardonnable (JC Lattès, 2015 - J'ai Lu, 2016) Prix du meilleur roman (Moustiers)

L'atelier des miracles(JC Lattès, 2013 - J'ai Lu, 2014) Prix de l’Optimisme, Prix Nice Baie des Anges, Prix Ronsard des Lycéens de Vendôme, Prix des Lecteurs de Carquefou

La Battle, histoire courte (Les Editions du Moteur, 2011)

L’Ardoise magique (Stock, 2010 - J'ai Lu, 2013)

Providence (Stock, 2008 - J’ai Lu, 2010) Prix Version Femina – Virgin Megastore du Roman 2008, Prix de la Jeune Critique (Vienne, Autriche)

Noir dehors (Grasset, 2006)

Ferdinand et les Iconoclastes (Grasset, 2003 - J’ai Lu, 2006)

Où je suis (Grasset, 2001 - J’ai Lu, 2006)

Gabriel (Nil Editions, 1999 - J’ai Lu, 2001)

Big (Nil Editions, 1997 -  J’ai Lu, 1999) Lauréat du festival du Premier roman de Chambéry

Posté par PAUSEPOLARS à 10:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 octobre 2017

Lynwood Miller - pas de printemps pour Eli - tome 2 -Sandrine ROY

20171007_101112_resized_1

J'attendais ce nouvel opus avec une grande impatience. Quel plaisir de retrouver Lynwood et Eli dans de nouvelles aventures. Nous avions fait connaissance avec eux sur ce blog ici et il me semble indispensable de lire ce premier tome avant de lire celui-ci.

Lynwood et Eli sont toujours aussi amoureux. Ils profitent du doux climat estival des Pyrénées pour mieux se connaître, s'apprécier et faire quelques projets. Hélas, un coup de téléphone vient contrarier leur quotidien : le père de Lynwood vient de décéder et ils partent tous les deux au Texas pour les obséques. Un peu anxieux à l'idée de retrouver certains membres de sa famille qui le croyaient morts depuis plus de vingt ans, Lynwood ne sait comment ils vont réagir. Ils retrouvent principalement son frère James dans le ranch familial, complètement désemparé. Son fils Méri vient de se faire enlever par des barons de la drogue pour faire pression sur l'affaire en cours instruite par James. C'est le début d'une aventure périlleuse, dangereuse au milieu de truands prêts à tout pour faire chanter James et éviter la condamnation d'un des leurs. Lynwood et Eli toujours réunis même dans les situations les plus délicates.

 Mon avis :

Un rendez-vous toujours aussi plaisant. Pas de temps morts, et surtout pas le temps de souffler. Les pages se tournent avec rapidité, car on se lancent avec les personnages dans cette histoire où amours, rebondissements et suspens sont constamment présents même si j'aurai aimé une aventure un peu plus complexe, moins évidente à résoudre et retrouver un personnage du premier tome qui m'a manqué.

Lynwood me charme toujours autant même si Eli a ma préférence cette fois ci. Je ne vous en révèlerai pas la raison, car je ne veux rien dévoiler de plus et surtout vous laisser le plaisir de retrouver l'écriture toujours aussi plaisante de Sandrine Roy. 

J'espère vraiment qu'une nouvelle aventure est en cours d'écriture.

Quelques mots sur l'auteur :

Sandrine Roy est née à Bordeaux. Fan de Rugby, c'est aussi une grande lectrice fan de Sam Millar, Fred Vargas, Pierre lemaître... Lynwood Miller est son premier roman, pas de printemps pour Eli son second et elle ne compte pas s'arrêter là. Elle adore  la rencontre avec ses lecteurs, papotage et rigolade avec eux, voilà ce qu'elle aime.

Pas de printemps pour Eli - Sandrine ROY - Parution Mai 2017 - Editions Lajouanie

 

 

Posté par PAUSEPOLARS à 07:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 octobre 2017

Mon amie Adèle - Sarah PINBOROUGH

20171007_104846_resized

 

Louise, séparée de son mari, élève seule son petit garçon et mène une vie sereine entre son boulot et son fils. Un soir, légèrement éméchée, elle embrasse un homme dans un bar, chose inhabituelle chez elle et qu'elle essaye de vite oublier. La réalité  la rattrape très vite quand on lui présente son nouveau patron David, qui n'est autre que l'homme du bar. Elle a bien du mal à ne pas céder car David a un réel pouvoir d'attraction sur elle et  marié à Adèle, femme superbe avec qui il forme un couple modèle. Saura t-elle résister à la tentation ?

Adèle semble s'intéresser de très près à Louise au point de devenir son amie et sa confidente... Qui est réellement cette femme qui s'incruste dans sa vie lors d'une rencontre au coin d'une rue. Est-ce réellement du au hasard ?

A force de cotoyer ce couple, Louise se rend compte que de sombres secrets planent sur leurs existences et peu à peu David et Adèle tissent une toile autour d'elle, toujours plus sombre et de plus en plus oppressante. Pourtant ce couple l'obsède et elle passe de l'un à l'autre comme un pion sur un échiquier que l'on déplace et que l'on manipule à souhait. 

Mon avis :

 Un thriller psychologique construit très différemment de ceux que je lis de temps en temps. Ce triangle amoureux m'a interpellée, fascinée à certains moments mais ce qui reste très déroutant est cette "fin de dingue''. Un roman qui commence façon thriller et qui se termine dans un style fantastique. Pas forcément adepte de ce genre, j'ai été tellement étonnée de la tournure des événements que cela en fait un roman intéressant, avec une fin assez invraisemblable il faut bien le dire. Une constatation àprès la lecture : Ne faites pas forcément confiance à ceux qui vous entourent.

Une lecture que je recommande et je suis très curieuse de savoir ce que vous penserez de la fin.

Mon amie Adèle - Sarah Pinborough - parution septembre 2017 - Editions Préludes

 

Posté par PAUSEPOLARS à 11:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 octobre 2017

La malicieuse revanche d'un souffre douleur - Serge FARNEL

20171002_131542_resized

La rentrée des classes est là. Arthur 12 ans n'est pas complètement rassuré. C'est une étape importante, de nouveaux professeurs plus ou moins sévères avec qui il va passer pas mal de temps et, certainement ce qui compte le plus pour lui, se faire de nouveaux copains. Il est primordial pour lui d'intégrer les clans, les bandes qui peu à peu font se former et surtout trouver sa place parmi les jeunes de son âge, les clans qui s'affrontent, les brimades, le harcèlement. De plus, Il sait que chaque année, dans chaque classe il y a des souffre douleurs et il ne veut pas être un de ceux-là.

Les premiers émois amoureux pointent leurs nez et Arthur très timide, n'ose aborder Giovanna. Que faire pour qu'enfin elle le remarque ? Quand le proviseur demande des volontaires pour réaliser la gazette du collège, Arthur voit là l'occasion de se mettre enfin en avant. D'espoir en brimades et déceptions, il n'est pas si facile pour ce collègien de trouver sa place. 

Mon avis : 

Premier roman pour ce professeur de physique qui plonge le lecteur dans ses souvenirs de collège. On y retrouve les angoisses, les plaisirs, les chamailleries entre copains et la peur du rejet,  de ne pas être accepté tel que l'on est. Il est bien connu que lorsque l'on est pas comme tout le monde, on devient la risée de tous, une proie traquée, constamment dans la ligne de mire.

L'histoire est racontée par Arthur, avec ses mots, ses ressentis. Pour le lecteur, un retour sur la pré-adolescence où l'insouciance était encore présente, même si les prémices de la complexité de la vie se faisaient déjà sentir.

Une lecture agréable, reposante et emprunte aussi d'humour et de nostalgie. 

La malicieuse revanche d'un souffre-douleur - serge Farnel - parution septembre 2017 - Editions Mazarine 

Posté par PAUSEPOLARS à 16:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]


01 octobre 2017

Les loups et l'agneau - Christophe DUBOURG

 

117513176

Jean, un ancien mercenaire n'a pas froid aux yeux. Son quotidien, des missions et à chaque fois de nouvelles victimes. Sûr de lui, il se sent invicible mais lors de la traque de sa nouvelle cible, il va se trouver au mauvais endroit au mauvais moment et plonger en enfer. 

Borg est un être doté d'une unique obsession, trouver sa princesse, la fille parfaite telle qu'il l'a rêvée. Ce qui est nettement plus gênant c'est que ce sont de toutes jeunes filles, encore enfants. Ce sont ses proies mais il peine à trouver véritablement son idéal et n'hésite pas à les supprimer si la perfection, sa perfection n'est pas atteinte. Lâché dans la nature, c'est un véritable prédateur soumis aux ordres de son double Slavko qui tire toutes les ficelles sans scrupules en allant toujours plus loin dans l'horreur.

Lors de cette journée où tout va basculer, des êtres humains en seront les victimes, bien malgré elles. Une prostituée habituée du quartier qui semble en avoir trop vu, Robert dans la ligne de mire du tueur d'élite et sa fille Alice, 8 ans innocente et pure. 

C'est un premier roman

 J'insiste vraiment sur cela, car très honnêtement je n'ai pas trouvé de défauts à cette histoire car l'auteur a tout réuni pour que le lecteur plonge dans une atmosphère sombre, ces endroits sales, clos, remplis de rats, de fange, parfois de cadavres au milieu de personnages torturés, dérangés et très déterminés. 

Cette impression constante de me trouver aussi dans cet endroit étroit, immonde, empli d'odeurs nauséabondes. Etant claustrophobe, la suffocation, la respiration courte et haletante furent de nombreuses fois au rendez-vous. Je n'ai pas fermé le livre pour autant et j'en ressors avec un sentiment bizarre, et pourtant positif.

L'auteur emprunte des chemins tortueux, une écriture nette, tranchée, sans aucune longueur. Un conseil, lisez-le et parlez-en autour de vous. Je suis déjà impatiente de découvrir le prochain roman de Christophe Dubourg.

4ème de couverture :

1981. Borg traque inlassablement sa princesse. Il a l'espoir de trouver en de très jeunes filles la pureté et l'innocence auxquelles il aspire tant. Mais, invariablement, ses proies le déçoivent. Surgit alors Slavko, son double diabolique. Lui se charge du sale boulot. Pour multiplier les chances de trouver une véritable princesse, Borg décide de gagner une grande ville : Caen. C'est là que son destin croise celui de Jean. L'homme est un ancien mercenaire aguerri rongé par les fantômes de son passé. Sa nouvelle cible ? Robert Chevallier. L'homme est marié et père d'Alice, huit ans et demi. En acceptant ce contrat, le tueur d'élite ne se doutait pas qu'à son tour, il deviendrait une proie.

Les loups et l'agneau - Christophe DUBOURG - Parution Août 2017 - Editions Ravet Anceau

 

Posté par PAUSEPOLARS à 09:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 septembre 2017

Soul of London - Gaëlle Perrin-Guillet

                          51mQYOhkKsL                   téléchargement                                         

 

Une  découverte pour moi ,Gaelle Perrin-Guillet  dont je n'avais encore lu aucun livre mais dont on parle de plus en plus . La couverture et le titre m'ont attirés aussi, il fallait donc que je m'y plonge sans attendre .

je

Londres 1892 . Henry wikles , policier  passionné par son métier mais mis au rencart par ses  collègues depuis qu' un accident avec une voiture l'a laissé avec d'atroces douleurs dans la jambe et l'empeche de parcourir aisément les rues de Londres.. Afin de lui permettre de continuer à exercer , son supérieur lui a trouvé un bureau isolé des autres, dans lequel il passe ses journées et certaines nuits à essayer d'élucider quelques affairesbien mornes  de faits divers. Il a recueilli un jeune ado ,  Billy , orphelin , très rusé , doué en dessin, qu'il emmène sur ses enquetes afin de mettre sur papier des situations, des détails pouvant l'aider à les résoudre .

Leur duo se penche sur des faits très bizarres qui se déroulent dans les couloirs boueux et crasseux de "l'underground" londonien et qui vont l'obliger à battre les pavès humides et glissants des rues de Londres malgré la douleur et la difficulté à se déplacer :

Des chiens sont sauvagement abattus et le cadavre d'une fillette y repose également, crane ouvert . Il faut résoudre cette affaire avant que les journalistes s'empressent d'en faire les gros titres et que la panique ne s'empare de la population qui refera obligatoirement le rapprochement avec Jack l'éventreur .

Parallèlement  une jeune fille est retrouvée morte au coin d'une rue et sa soeur fait appel à Henri wikles pour trouver son ou ses meurtriers.

Deux enquetes qui vont malmener le duo (henry -Billy) qui fait fortement penser à Sherlock Holmes mais qui prouvera que ces deux enquêteurs sont complémentaires et indissociables.

"Les yeux toujours clos, il se concentra sur les bruits du tunnel après le passage du métro : l’eau qui gouttait d’un tuyau percé à trois mètres de lui, les grattements des pattes de rats dans l’ombre, le chuintement du vent qui glissait sur la pierre au-dessus de lui. Des bruits désormais familiers qui l’apaisaient". 

 

870x489_maxpeoplefrthree273684

 Ce roman est passionnant, empli de détails qui ont du demander a l'auteur un sacré travail de recherches. Au bout de quelques pages, j'etais deja plongée dans cette autre époque et cette atmosphère si particulière que je retrouvais auparavant lors des lectures d'agatha Christie . J'ai donc voyagé dans le temps , avec ce livre ou  suspens et  tension sont  présents  jusqu'à la dernière page.

Soul of London - Gaelle Perrin-Guillet - parution Avril  2016 -  Editions Fleurs sauvages  

                                                               parution Septembre 2017 - Format poche - Milady 

Posté par PAUSEPOLARS à 09:26 - Commentaires [2] - Permalien [#]

22 septembre 2017

Quand on a que l'humour - Amélie ANTOINE

20170819_083648_resized

 

Edouard Besson est un humoriste qui fait salle comble à chacun de ses spectacles. Les gens l'aiment, l'acclament, l'attendent en fin de présentation pour avoir photos et autographes. Pourtant dès que le rideau tombe et qu'il rentre chez lui dans son petit appartement il est seul, si seul et pas aussi comblé que les fans pourraient le penser.

Faire rire c'est ce qu'il sait faire de mieux et le seul domaine dans lequel il a réussi. Ce talent d'humoriste cache pourtant un être blessé et meurtri par un père autoritaire et distant qui n'a jamais eu d'amour à donner à ses enfants et par ce triste jour qui a tout changé dans la vie familiale.

Parallèlement Arthur Besson souffre de l'absence de ce père, son père aimé de tous mais tellement absent qu'il le voit plus souvent à la télévision, dans les journaux qu'auprès de lui et indifférent aux évènements importants de la vie de son fils. La notorièté de son père, Arthur ne l'accepte pas. La colère, le ressentiment, voilà ce qui l'envahit en permanence. Peut-il espèrer un jour mieux le connaître ?

Mon avis :

Une première partie consacrée à Edouard Besson, son quotidien d'artiste, son enfance, et tout ce qu'il voudrait changer pour vivre sereinement, sans cette pierre au fond du coeur qui l'empêche de vivre avec un grand V.

La seconde partie, son fils Arthur qui nous fait partager sa vie d'enfant de ... Rien ne manque côté matériel, mais tout est vide, rien n'est construit avec ce père toujours absent.

Amélie Antoine n'a pas fait de son troisième roman, une histoire larmoyante, pleine de bons sentiments. Elle a su avec des mots simples et très justes, nous décrire la difficulté d'exprimer ses sentiments avec des proches, et de nous démontrer que dans la vie la gloire, le succès ne font pas forcément le bonheur. Le mot solitude prend alors tout son sens.

Ce livre est une belle leçon de vie, les mots de l'auteur font du bien, nous amènent à nous poser un certain nombre de questions sur notre situation personnelle et nous prouve aussi que l'argent ne fait pas complètement le bonheur.

 

Quand_on_n_a_que_l_humour_hd

 

 Quelques mots sur l'auteur : 

Amélie Antoine a un peu plus de 30 ans et vit dans le nord de la France avec sa famille.
Après un récit autobiographique, Combien de temps, publié en 2011, elle se lance dans la la fiction et publie en mars 2015 son premier roman Fidèle au poste qui connaît très vite le succès en autoédition, avant d’être repéré par les éditions Michel Lafon et de sortir en librairie en mars 2016. Depuis, ce sont plus de 250 000 lecteurs qui ont été conquis par ce thriller psychologique ! Une adaptation au cinéma est en cours de réalisation.
Son deuxième roman, Au nom de quoi, sort en 2016. Par obligation éditoriale, il est dans un premier temps publié sous le pseudonyme de Dorian Meune.
 Son dernier roman, Quand on n’a que l’humour…, est sorti en 2017 
Quand on a que l'humour - Amélie ANTOINE - Parution Mai 2017 - Editions Michel Lafon

 

Posté par PAUSEPOLARS à 09:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 septembre 2017

Le zoo - Gin PHILLIPS

51vJB34MD8L

  Joan a l'habitude d'emmener Lincoln son fils de 4 ans très régulièrement au zoo. Ils connaissent chaque recoin, chaque animal et c'est toujours un plaisir de s'y promener. La fin de journée arrive et le zoo va bientôt fermer ses portes, il est temps de se diriger vers la sortie. Des claquements inhabituels, insistants et répétés se font entendre et après avoir fait quelques mètres, Joan aperçoit des corps sur l'herbe et des hommes armés de fusils.

Elle prend Lincoln dans ses bras et court en le serrant très fort loin de ce carnage. Ils doivent absolument rester loin des tueurs et se cacher au milieu de ce lieu qu'ils connaissent très bien et qui va devenir leur refuge pendant ces trois heures, interminables et terrifiantes. Lincoln est un petit garçon curieux de tout, très bavard et il sollicite sa maman en permanence. Difficile pour Joan de répondre à son fils et à toutes ses demandes alors que les tueurs se balladent dans le zoo, il faut pourtant ne pas lui transmettre son angoisse, pour lui ce zoo est synonyme de détente et de bons moments.

Son unique obsession : sauver son fils de ce cauchemar ! et surtout cette interminable attente ! chaque minute ressemble à une heure, avec un seul espoir, voir enfin arriver la police et pouvoir sortir de cet enfer.

Mon avis :

Une situation angoissante, terrifiante car je me suis imaginée à la place de Joan et je ne sais pas si j'aurais réussi à avoir autant de sang froid. J'ai été très vite happée par cette histoire, même si par moments le rythme s'éssouffle un peu ce qui est certainement dû au peu de personnages présents . Des échanges plus longs avec d'autres visiteurs confrontés à la même situation aurait peut-être pu amener encore un suspens plus grand selon leurs réactions (cris, paniques, certains personnages incontrôlables). L'angoisse monte malgré tout, ce qui m'a poussée à ne plus pouvoir lâcher ce livre, pressée d'en connaître le dénouement. Je m'attendais vraiment à une autre fin, bien sûr, je ne vous dévoilerai rien car je vous laisse le plaisir d'entrer dans ce zoo, mais soyez certains qu'à la sortie, c'est à dire àprès avoir tourné la toute dernière page, vous n'entrerez plus jamais dans ce lieu avec la même attitude et le même sentiment.

L'écriture est agréable, le suspens bien présent. Une suite avec ce que sont devenus les personnages après cette journée me tenterait bien. L'auteur à écrit cinq romans, celui-ci est le premier  à avoir été traduit en français. 

Le zoo - Gin Phillips - Parution septembre 2017 - collection la bête noire Robert Laffont 

Posté par PAUSEPOLARS à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 septembre 2017

Le bohémien aux yeux clairs - Didier CALLOT

 

 

117368977_o

  

Le destin tout tracé de Denis, jeune paysan berrichon, a pris un tournant inattendu et décisif lorsqu'il a rencontré Carmen, une jeune et belle gitane venue vendre des paniers dans la cour de la ferme familiale. Attirés l'un vers l'autre, les deux jeunes gens ressentent vite l'urgence de s'aimer avant d'être séparés par la prégnance de leurs milieux sociaux et culturels. Mais leur amour sera plus fort que les obstacles qui présageaient une union impossible et ils partiront, par monts et par vaux, à la recherche l'un de l'autre. Après de nombreuses aventures et mésaventures, ils finiront par se retrouver et pourront enfin espérer vivre heureux autour du fruit de leur amour, mais bientôt de nouveau la séparation pour Carmen et Denis. Ce dernier est mobilisé à cause de la grande guerre et est désespéré de devoir encore être privé de sa gitane et de son fils. Ne pouvant plus supporter cette vie dans les tranchées, il tente le tout pour le tout, et se retrouve prisonnier, obligé de travailler dans une ferme pour les ennemis qui ne voient pas d'un très bon oeil l'arrivée de ce français responsable de la mort d'un des leurs.

 Il garde toujours en tête son amour pour Carmen et leur fils et l'envie de les serrer de nouveau dans ses bras. Pour cela il devra fuire encore et encore et il va nous faire partager son voyage, ses rencontres, ses peurs et l'angoisse permanente de ne peut-être pas pouvoir atteindre son but.

Carmen de son côté, répudiée par sa famille après la naissance de son fils et selon les lois de son clan, espère que la guerre sera de courte durée pour retrouver Denis. Elle veut aussi regagner la confiance des siens mais le chemin sera long et semé d'embûches.

Mon avis : 

Ce roman n'est pas seulement une belle histoire d'amour, d'amitiés sur fond de guerre. C'est surtout la rencontre de personnages très attachants venant d'horizons différents et avec lesquels j'ai appris pas mal de choses : la découverte des lois chez les gitans, la formidable solidarité des forains dans le monde du cirque, la façon dont ils préparent leurs numéros pour leurs représentations.

Un univers peu décrit dans mes lectures habituelles et j'ai juste un regret, celui de n'avoir pas lu "la gitane" qui est le début des aventures de Carmen et Denis. L'écriture de Didier Callot est vraiment très agréable et j'aurais vraiment aimé encore quelques pages supplémentaires. La couverture m'a beaucoup attirée aussi, un vrai coup de coeur.

Le bohémien aux yeux clairs - Didier Callot - Parution Mai 2017 - Editions Marivole 

 

 

Posté par PAUSEPOLARS à 11:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]