IMG_3208

 

L'histoire

 

 

Helena Jans van der Strom n’est pas une servante comme les autres. Quand elle arrive à Amsterdam pour travailler chez un libraire anglais, la jeune femme, fascinée par les mots, a appris seule à lire et à écrire. Son indépendance et sa soif de savoir trouveront des échos dans le coeur et l’esprit du philosophe René Descartes. Mais dans ce XVIIe siècle d’ombres et de lumières, leur liaison pourrait les perdre. Descartes est catholique, Helena protestante. Il est philosophe, elle est servante. Quel peut être leur avenir ?

Mon avis :

Je ne suis pas passionnée d'histoire ni de philosophie,  j'ai donc commencé ce livre sans connaître Descartes , hormis mes quelques souvenirs bien flous de mon année de terminale.

C'est Helena qui nous raconte l'histoire d'une partie de sa vie (de 1635 à 1640). Servante à Amsterdam et habituée aux basses besognes , elle voit sa vie changer lorsque René Descartes et son cocher arrivent  pour passer quelque temps chez son employeur. Passionnée de lettres, elle a réussi avec peu de moyens ( difficile d'obtenir livre, papier , encre et plume ) à apprendre à lire et à écrire. Une femme de sa condition n'est pas sensée être instruite, cela étant réservé aux hommes. Grâce à cela, René Descartes lui accorde un peu d'attention, elle qui est toujours transparente aux yeux des personnes qu'elle croise, leurs corps se frôlent , se rapprochent , leur liaison doit rester secrète , différence de religion, d'âge et de conditions ne favorisent pas leur amour.

Descartes est un personnage torturé , préoccupé par ses écrits, notamment "le discours de la méthode" et d'humeur assez changeante. Il peut s'enfermer des heures, des jours entiers dans sa chambre sans toucher à ses repas mais ayant toujours pour Helena des moments de tendresse , et toujours avide de  moments d'intimité.

Helena découvre son corps, ce que sont les plaisirs de la chair, les règles , la grossesse , la maternité et garde un amour inconditionnel pour les lettres et l'écriture , ce sera l'essentiel de sa vie .Elle nous fait aussi partager son travail de servante, ses tâches, ses sorties au marché où elle trouve des moments de complicité auprès de Betje , la servante des voisins.

L'amour entre ces deux personnages est présent , sans euphorie, mais empli de respect l'un envers l'autre. 

Je me suis plongée dans ce livre avec un réel plaisir dès les premières pages , j'ai voyagé au travers de la Hollande et j'ai beaucoup apprécié le style d'écriture de l'auteur. Ce roman est considéré comme étant  dans la lignée de "la jeune fille à la perle" de Tracy Chevalier et du "miniaturiste" de Jessie Burton.

C'est le premier roman de Guinevere Glasfurd et je remercie les Editions Préludes de me l'avoir fait découvrir.

Les mots entre mes mains  - Guinevere Glasfurd - Parution Août 2016 - Editions Préludes