20180310_161207_resized

Un cartel d'un nouveau genre, invisible et sans pitié. 

Une drogue d'une pureté inédite. 
Un réseau de dealers sous pression, déployé à travers l'Europe et coupé de la tête de l'organisation. 
Un signe commun aux membres du cartel : Ecce Lex, tatoué sur le poignet. Quand des dealers sont capturés, ils se révèlent incapables de livrer le moindre indice sur leur commanditaire... Quand leurs cadavres ne servent pas déjà de bornes kilométriques. 
Une légende de la police judiciaire aux dons de mentaliste, Cécile Sanchez, fait face à des tueries aux modes opératoires sans précédent. 
Est-il possible de mettre des ombres en cage ? Dans quel enfer devra-t-elle descendre pour faire face au mal absolu ? 
Bienvenue dans le Réseau Fantôme. 

Mon avis :

2003. Mulhouse. L'enquête en cours sur Bruno Guillon, gros dealer de la region arrive à son terme et la police s'apprête à procéder à son arrestation à la villa Venezia. Ce qui semble n'être qu'une formalité pour les forces de l'ordre sera un véritable carnage pour la police et l'équipe de Guillon. Des cadavres dans les deux camps et une violence sans précédent. L'affaire sera rapidement classée sans suite. 

2010. Cécile Sanchez, commissaire à l'OCRVP (office central pour la répression des violences aux personnes), criminologue et victimologue quitte la région parisienne pour renforcer et assurer le coordination des investigations au commissariat de Strasbourg. Contraint et forcé de l'accueillir, le commissaire divisionnaire ne va pas lui faciliter la tâche pour résoudre différents meurtres, véritables carnages organisés de façon similaire. Cécile va donc se plonger dans l'enquête avec sa collaboratrice Romane, qui étudie de près tous les documents relatants ces meurtres. De fortes similitudes avec l'affaire de la Villa Venezia vont entraîner Cécile Sanchez dans le milieu de la drogue, dans ce cartel composé d'hommes et de femmes  instables mais parfaitement organisés. L'important pour eux : la survie de l'organisation au détriment de leur propre vie. 

Une plongée dans l'enfer, au milieu d'êtres insaisissables.

La trilogie des ombres démarre très fort avec ce premier tome où Ghislain Gilberti, fidèle à son habitude n'épargne aucun détail. Le milieu de la drogue, il le connaît bien et cela se sent à la lecture, et l' on est littéralement plongé dans ces 740 pages sans aucun temps mort avec l'envie que cela ne s'arrête jamais. Le personnage de Cécile Sanchez m'a beaucoup plu, sa détermination, son courage, sa sensibilité et le fait de pouvoir détecter pas mal de choses rien que dans les postures des différentes personnes qu'elle croise est stupéfiant.

Il va falloir maintenant être patient avant la parution du tome 2 et ce sera bien difficile car ce livre est pour moi un gros coup de coeur. Si vous connaissez déjà Ghislain Gilberti vous comprendrez mon engouement et si vous ne le connaissez pas encore alors poussez la porte d'une librairie et laissez vous tenter. Encore mieux, aller à sa rencontre dans les salons littéraires et séances de dédicaces, c'est un auteur hors du commun et très talentueux.

Sa majesté des ombres - Ghislain Gilberti - parution mars 2018 - Editions ring

 

27971686_537097123356210_4476173150614300961_n