20171029_084101_resized

Virginie, Aristide et Eric sont gardiens de la paix et font partie de la même brigade. Ils sont mandatés pour une mission d'habitude éffectuée par une autre service : emmener un réfugié de son centre de détention à l'aéroport de Roissy pour qu'il soit renvoyé dans son pays d'origine. Ce réfugié Tadjik est voué à un mort certaine dès qu'il sera de retour chez lui.

Dans le véhicule de police, ces quatre personnes ont un parcours de vie personnel, parfois compliqué. Virginie s'apprête à avorter, elle se retrouve enceinte suite à son aventure avec Aristide et a pris la décision de ne pas mener sa grossesse à terme. Déjà en couple, et mère d'un petit garçon, elle se reproche ce moment d'égarement auquel elle n'a pas su resister.

Escorter cet homme là où rien ne lui sera épargné la fait réfléchir, ses sentiments humains refont surface, l'uniforme n'est plus qu'une façade.

 Mon avis :

J'avais beaucoup entendu parler de ce livre, pas forcément pressée de le lire, car le monde de la police je le connais bien, il fait partie de mon quotidien depuis trente ans.

Finalement j'aurais dû certainement le lire dès sa sortie car j'ai vraiment aimé cette histoire et j'ai senti que l'auteur parlait d'un monde qui ne lui est pas inconnu. Suivre cet équipage, ces hommes et cette femme en uniforme n'avait rien d'extraordinaire. Des policiers qui font leur métier et au travers duquel, la population les voit comme des êtres formatés, insensibles, voire inhumains la plupart du temps. Seule profession à mon sens dans lequel on passe d'un rôle répressif à celui de héros, l'actualité en a très souvent donné  la preuve.

Virgine m'a touchée dans sa façon d'être. Cette femme dans ce monde d'homme. Ses gestes précis, sa tenue où rien ne manque même l'épingle à cheveux pour tenir son chignon. Accompagnée de ses coéquipiers, Erik sérieux , assez difficile à cerner, Aristide qui aime qu'on le remarque, assez hautain, ils partent pour une journée ordinaire mais qui restera longtemps dans leurs mémoires. 

Ce livre pourtant assez court, démontre bien que sous l'uniforme il y a un être humain avec des sentiments, des envies. Quand ces policiers rentrent chez eux, ils ont des gestes ordinaires : embrasser leur conjoint, leurs enfants, préparer le repas. Le port de l'uniforme est la preuve vivante que le paraître n'est pas totalement la réalité.

Quelques mots sur l'auteur :

Hugo Boris est l’auteur de quatre romans très remarqués , Le Baiser dans la nuque (2005), La Délégation norvégienne (2007), Je n’ai pas dansé depuis longtemps (2010) et Trois grands fauves (2013). Tous sont disponibles chez Pocket. Il a été assistant réalisateur sur plusieurs documentaires à la télévision, travaille dans une école de cinéma le jour et écrit la nuit.

Police - Hugo BORIS - parution format poche septembre 2017  chez Pocket