20170816_091147_resized

 

 1944. Anne-Angèle, infirmière, quitte le Maroc pour Paris où sa soeur Mathilde vit ses derniers instants. Elle arrive trop tard sur Paris, et n'a qu'une hâte, mettre en ordre les affaires de sa soeur pour pouvoir rentrer au Maroc. Hélas, elle apprend que Mathide s'appretait à recueillir une cousine orpheline prénommée Marie. Elle va dès lors modifier ses projets et prendre Marie avec elle.

L'histoire est surtout centrée sur la vie de Marie dans un pays en guerre où son seul but est de survivre dans ce village de Champagne. Elle nous raconte cette vie emplie de violence, de personnages peu scrupuleux où elle peine à trouver sa place. La nourriture commence à manquer et devient son unique obsession. Anne-Angèle, malade, ne lui apporte aucun réconfort et le prix pour survivre lui demande du courage, des forces, de la curiosité. Tous ces facteurs la font grandir bien trop vite, l'innocence de l'enfance, des jeux, des copains est très vite oubliée. Elle garde quand même au fond d'elle un peu d'humour et nous fait partager avec beaucoup d'énergie ses journées sombres, malsaines où la curiosité la pousse un beau jour du côté allemand. Nouveau monde pour Marie, cette enfant sauvage courageuse et déterminée. 

Cette histoire inspirée de l'enfance de la mère de l'auteur, m'a vraiment conquise. Dès les première pages, difficile de s'en détacher. L'atmosphère et les relations humaines pourtant sombres ne m'a pas du tout rendue morose lors de la lecture. J'aurais tellement voulu aider Marie, si seule et pourtant tellement forte. J'ai tremblé pour elle quand elle se trouvait face à l'ennemi et je m'y suis terriblement attachée. 

L'auteur m'a vraiment transportée dans une autre époque avec des mots forts, touchants et une écriture qui m'a vraiment plu dès les premières pages. Très heureuse d'avoir découvert Philippe Pollet-Villard sur les conseils de Valérie Tong Cuong.

Un très bon roman de cette rentrée littéraire.

Quelques mots sur l'auteur :

Philippe Pollet-Villard, réalisateur de profession, est né à Annecy en 1960. Il est l’auteur de quatre romans chez Flammarion L’Homme qui marchait avec une balle dans la tête, prix Ciné-Roman 2006), La Fabrique de souvenirs (prix Marcel Pagnol) et Mondial Nomade en 2011, L'enfant-mouche en 2017. Il a également obtenu en 2008 le César puis l’Oscar du meilleur court-métrage pour Le Mozart des Pickpockets, hommage au Paris de Barbès et à ses petits malfrats.