115559665

 

 4ème de couverture :                                                                                                                                                                      

Estéban Lehydeux, dit Requiem, est de retour. Le curé exorciste débarque cette fois sur le port du Havre.
Il y découvre un docker bien sous tout rapport (si, si ça existe), accusé de meurtre ; une boîte d’import-export d’objets et de matériel pas bien catholiques ; un syndicaliste forcené mais pas mauvais bougre ; des fanas du troisième Reich ; et bien évidemment une accorte jeune femme tellement mal fringuée qu’il s’empresse toujours, dès qu’il la croise, de la deshabiller. Entouré de ces drôles de paroissiens notre héros, un Don Camillo carburant à la bière plus qu’à l’eau bénite, va devoir jouer du goupillon et faire quelques entorses aux règles de son ministère pour parvenir à distinguer le bon grain de l’ivraie…                                                                                          
Ce deuxième épisode des aventures de Requiem est basée sur un fait réel  : l’histoire de Jules Durand, qui défraya la ville du Havre en 1910. Cette sorte d’affaire Dreyfus dans le monde ouvrier est encore dans les mémoires de nombreux havrais.                     
Mon avis :                                                                                                                                                                                     
Tout d'abord si vous ne connaissez pas encore Requiem, venez faire sa connaissance ici au travers de ma chronique                                                                                          
Une préface de Patrice Dard, fils du célèbre Frédéric Dard, ce deuxième rendez-vous avec Réquiem commence très fort.                                                
Au travers de cette histoire, Stanislas Petrovsky met en avant, certains problèmes de notre société où l'honneteté n'y a pas sa place et qui se révèle dangereuse.
Un roman policier mais toute son originalité réside dans la personnalité de Requiem. Curé oui, mais passer son temps dans les églises ça le passionne toujours aussi peu. A l'eau Bénite, il préfère la bière et le plaisir de la chaire avec Sandy, qui n'a certes par l'harmonie des couleurs côté habillement, mais qui le fait monter au septième ciel voir plus, faut dire qu'elle est assez douée dans ce domaine.                                                                                                                                                                                                             
"Ce n'est pas parce qu'on est au régime que l'on a pas le droit de regarder le menu, et je suis contre les régimes en plus ..."p41                                                                                                                                                                                                                                         
Requiem est aux anges. De temps en temps , il redescend sur terre, car Sandy est journaliste et lui donne de nombreuses informations pour son enquête, mais joindre l'utile à l'agréable c'est quand même la meilleure des choses.                                                                                                        
Il est certain que ce livre est différent de tout ce que j'ai pu lire, l'auteur interpelle régulièrement le lecteur dans ses aventures, par des annotations en bas de pages, des allusions, et à chaque fois on ne peut s'empêcher de rire.
Certains personnages sont aussi caricaturés, comme "Philippine Deuchevalles", des amis auteurs et blogueurs font partie de l'aventure, même dans les situations les plus cocasses.( Petit clin d'oeil à Sandra Martineau).                                                                                                                                   
"tu sais, je le vanne souvent mon lecteur, ma lectrice, je leur fais du gringue, mais je les aime, je les respecte, je les vénère presque, c'est grâce à eux que je couche les mots sur le papier et toi sur le lit de cette auberge ..."p96                                                                                                                      
Aucune vulgarité, ce livre comédie fait beaucoup de bien, le rire est primordial aujourd'hui. Les jeux de mots, les situations sont d'une grande habileté, Stanislas Petrovsky a beaucoup de talent et je suis déjà impatiente de découvrir le 3ème tome.                                                                                          
La seule chose qui m'a manquée lors de cette lecture, quelques bonnes bières ...                                                                       
Dieu pardonne lui pas - Stanislas Petrovsky- parution Avril 2017 - Editions Lajouanie  .Merci  Sébastien pour cette lecture